#JeSuisMila, histoire d’un hashtag…

Mila fait la unes des médias depuis une quinzaine de jours, petit résumé de ce qui a déclenché la polémique…

Mila, une lycéenne en seconde dans un établissement de la région lyonnaise, est passionnée par le chant. Sur son compte Instagram, échangeant avec ses abonnés, l’un d’entre eux se met à la draguer… beaucoup ! Recadré par l’adolescente, il se met alors à l’insulter de manière raciste et homophobe car la jeune fille est lesbienne et arbore un drapeau LGBT sur son profil.

Les menaces contre elle ayant pris un caractère religieux,  Mila se met donc à critiquer ouvertement l’Islam sur Instagram. Dans sa story (photo ou vidéo restant 24h dans un onglet spécial), elle fait part de son opinion sur cette religion en employant un langage (très) familier. Je cite : “Je déteste la religion. Le Coran est une religion de haine. Il n’y a que de la haine là-dedans. L’islam, c’est de la merde”.

La suite de ses paroles ayant fait le tour du net, je ne vois pas la nécessité de vous les répéter. En tout cas, nous pouvons vous dire qu’elle poursuit en revendiquant vertement sa liberté d’opinion et d’expression.

Recevant des menaces de mort de la part de plusieurs personnes et des informations personnelles étant divulguées (son nom, le lycée où elle travaille…), elle a donc dû être déscolarisée. Evidemment, plusieurs personnalités d’extrême droite se sont engouffrées dans la brèche pour la soutenir… et on a pu reprocher à la gauche et aux progressistes de ne pas se précipiter à son secours.

Soyons très clair, au Canard, nous utilisons la liberté d’expression tout le temps. Etant un journal, la liberté d’expression est notre bras droit. Nous ne pouvons donc que soutenir Mila et arborer, haut et fort le #JeSuisMila  !

Personnellement, je suis athée, et pourtant, je reconnais avoir été choqué au départ par la violence de ses propos. Selon moi, pour défendre ses opinions, on peut s’exprimer correctement et non pas utiliser des mots vulgaires. Cependant, il faut le redire et, au passage, rappeler la loi : Mila avait le DROIT de les tenir et ceux qui la menacent de mort aujourd’hui sont des hors-la-loi.

Lélé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s