Une étonnante visite au musée…

Jeudi 19 mai, l’équipe des canards a visité le musée des Arts et Métiers. C’est un musée qui présente des inventions techniques. Il se trouve proche de notre collège, le collège Montgolfier, et on peut s’y rendre en métro avec les lignes 3 et 11 (Arts et Métiers).

Le parvis du musée / image Wikipédia

Nous avons vu les objets emblématiques du musée : les automates, les machines à vapeur, l’avion de Clément Ader, une maquette de la fusée Ariane et enfin, dans la chapelle, le pendule de Foucault.

Nous avons bien aimé la maquette de la fusée Ariane, car nous pouvons observer tous les détails et parce que l’espace nous fait rêver. Et aussi parce que c’est plus intéressant pour nous qu’une vielle machine.

Et quand nous sommes arrivés dans les escaliers centraux, waouh ! Une grosse chauve-souris est accrochée au plafond. C’est en fait Éole III, l’avion de Clément Ader qui est le premier avion dans le monde entier qui a décollé !

Puis, nous sommes arrivés dans la chapelle pour admirer le plus célèbre objet du musée : le pendule de Foucault. C’est une espèce de sphère suspendue par un fil presque invisible qui oscille au-dessus d’un cadran. Nous ne savons pas grand-chose de son fonctionnement, seulement que cela a été conçu pour démontrer la rotation de la Terre.

Simon et Rox

Journée de la Terre

Drapeau non officiel du Jour de la Terre créé par John McConnell / source Wikipedia

Pendant ces vacances de printemps, j’ai participé à une activité organisée par la mairie dans le cadre de la Journée de la Terre. Cela consistait à ramasser des déchets dans la rue pour le bien de notre planète.

J’étais avec un groupe du centre, nous devions porter des gants et étions munis de sacs poubelles et de pinces. Nous avons patrouillé aux alentours des Halles et comme il y a énormément de gens dans ce quartier, nous avons ramassé d’énormes quantités de déchets ! Il y avait des papiers d’aluminium, parfois du verre, des canettes de soda et surtout un nombre gigantesque de mégots !

Le contenu de nos sacs poubelles aurait fait déborder plus d’une poubelle de rue. A la fin, nous avons répondu à des quizz concernant le tri et le recyclage des déchets.

En tant que citoyen, je suis fier d’avoir participé à cette action !

Simon

Tagueurs, prenez garde !!!

En France, le tag est illégal sur la plupart des bâtiments : les mairies, les établissements scolaires, les établissements publics et les propriétés privées. Les personnes qui se font prendre risquent 135 € d’amende. Mais cela n’empêche pas les street artists de taguer là où c’est interdit.

Capture d’écran 20 Minutes le 31/03/2022

Vers fin mars, la mairie de Paris a décidé de saisir le parquet afin de faire condamner deux tagueurs, Sery et Houtre, pour avoir « sali » les murs du Ve arrondissement avec plus de 500 tags au marqueur et à la bombe. Le nettoyage du tout a coûté 55 000€. Une application a aussi été mise en place pour que les citoyens dénoncent les tagueurs et aider les agents de nettoyage : « Dans Ma Rue ».

Chaque jour, environ 500 tags sont retirés des murs parisiens. D’après Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, le tag et le street art sont des pratiques distinctes. Nous pensons que ses propos sont démesurés car le tag est aussi un art !

Noël et Rox

Un sarcophage à Notre-Dame !

Capture d’écran Vingt Minutes du 19/03/2022

Il y a 3 semaines, un sarcophage de plomb a été retrouvé, enfoui sous Notre-Dame de Paris – mais le Ministère de la Culture ne l’a annoncé que ce lundi 14 mars. Le cercueil de plomb serait potentiellement daté du 14e siècle. Puisqu’il est dépourvu de plaque funéraire, nous n’avons aucune information sur l’identité de la personne, mais nous savons qu’il s’agit d’un individu hautement placé : « Ce genre d’inhumation, dans ce lieu, étais réservé à une élite » selon Christophe Besnier, responsable d’opérations à l’Inrap. Le fait que le sarcophage ait été construit en plomb, présage une bonne conservation du cadavre.

Nélo

Promenade poétique

Le quartier du Forum des Halles, rend hommage aux poètes, le saviez-vous ? Toutes les allées qui traversent le jardin ont des noms d’écrivains connus : André-Breton, Blaise-Cendrars, Federico-Garcia-Lorca, Jules-Supervielle, Louis-Aragon et Saint-John-Perse.

Parmi eux, Jules Supervielle est un poète et écrivain franco-uruguayen né le 16 janvier 1884 et mort le 17 mai 1960.

Voici un de ses poèmes qui se nomme justement…

l’allée

Ne touchez pas l’épaule du cavalier qui passe,

il se retournerait et se serait la nuit.

Une nuit sans étoiles, sans courbes ni nuages ;

Alors que deviendrait tout ce qui fait le ciel ?

La lune et son passage et le bruit du soleil.

Il vous faudrait attendre qu’un second cavalier,

aussi puissant que l’autre consentit à passer.

Gabriel

discuter avec les agents de la mairie de Paris

Un projet de police municipale avait été proposé, une première fois, par la Maire de Paris, Anne Hidalgo, mais avait été refusé par le Sénat en septembre dernier. Elle travaille à un second projet.

En attendant qu’il soit réexaminé, certaines initiatives qu’elle voudrait mettre en place sont déjà testées.

En face du métro Stalingrad, dans mon quartier, j’ai ainsi repéré il y a quelques jours, une borne orange « Point de rencontre Tranqullité publique » nous invitant à venir discuter avec les agents de la Ville de Paris. C’est donc ce que j’ai fait.

– Pourquoi un point de rencontre, tranquillité publique ?

– Ce point a été installé dans le but de surveiller la promenade des riverains, qui va du métro Barbès jusqu’à Colonel Fabien. Les agents de la mairie sont là pour surveiller les installations et empêcher les incivilités sur cette zone. Plusieurs « points » sont disposés tout au long du parcours pour surveiller la promenade, pour recueillir les plaintes et rassurer les riverains. Ces points de rencontre sont les premiers à avoir été installés. D’autres seront bientôt installés dans d’autres arrondissements parisiens. En 2020, nous deviendrons membres de la police municipale. 

Le discours officiel qui accompagne tout ça, est donc de rassurer les riverains face aux « incivilités » causées principalement par les toxicomanes, nombreux dans le quartier et par les SDF. Mais on peut aussi se dire que c’est possiblement pour empêcher la réinstallation, sous le métro aérien, des camps de réfugiés qui en ont été chassés.

Mini Duck

bon plan pour les ados parisiens… le compte kiosque jeunes !!!

C’EST QUOI ???

Avoir un compte « kiosque jeunes » permet d’aller à des expositions gratuitement et des spectacles à prix réduit*, voire gratuitement ! Il suffit de s’inscrire sur le site internet (kiosque jeunes) et de confirmer son inscription à la Canopée (aux Halles).

QUI PEUT S’INSCRIRE ???

Tout le monde qui a 13 ans révolus et moins de 30 ans. Pour les moins de 18 ans, l’accompagnateur bénéficie de la même réduction que le jeune ! L’idée est que les enfants se rendent sur place (à la Canopée) : un adulte leur explique alors les évènements du  moment et ce que c’est exactement. On peut aussi aller directement sur le site internet pour avoir des renseignements. Attention : vous n’avez le droit qu’à une « action » par jour, c’est-à-dire une réservation par jour !

2ème étape :
Se rendre à la Canopée pour confirmer votre inscription.

MON AVIS ???

J’ai ouvert un compte kiosque jeunes il n’y a pas longtemps et je trouve que c’est génial ! J’ai découvert plein de choses que je n’aurais jamais pensé aller voir (c’est une façon de tester des choses qu’on ne verrait pas habituellement). C’est un super moyen d’inciter les jeunes à se rendre dans des lieux culturels et à s’amuser à prix très réduits ! Je suis déjà allée voir une dizaine de spectacles/expos qui m’ont plu autant les uns que les autres. Et puis, si vous n’utilisez votre compte que très rarement, ce n’est pas grave c’est gratuit et sans contrainte !

Je vous incite donc à vous rendre sur le site pour plus d’informations….

Canarduck

*Cela dépend bien évidemment du spectacle (les expos sont tout le temps gratuites).Exemple : 70 euros passera à 20 euros, 20 euros à 8 euros, 10euros à 4 euros…

du mauvais usage des trottinettes

Le nombre des trottinettes électriques pourrait passer de 15 000 a 40 000 d’ici la fin de l’année. Le problème, c’est que les gens  s’en servent  n’importe comment. Par exemple, des personnes garent leurs trottinettes n’importe où et ça embête les gens, d’autres en font sur le trottoir au risque de faire des accidents, certains les emportent chez eux !

La mairie a donc décidé, grâce à un vote, l’instauration d’une redevance pour les entreprises qui les louent : elles devront reverser une partie de l’argent qu’elles gagnent à la mairie, qui créera des parkings « spécial trottinettes ».  Des amandes allant jusqu’à 135 euros seront aussi dressées pour ceux qui ne rouleraient pas sur la route.

NABALA

au coeur des manifs

Un coup ce sont les gilets jaunes contre Macron, un autre ce sont les opposants à Boutéflika, un autre c’est pour le climat  (cela je le comprends, on a vraiment de quoi se faire du souci ) ou encore ce sont les sans-papiers et les sans-logement contre l’État (eux aussi je les comprends)… La place de la République est l’endroit où commencent ou arrivent toutes les manifestations !

Et oui, le CJ il étouffe à cause de ces manifs. Je vous explique : même si je reconnais aux gens le droit de manifester et si certains ont de bonnes raisons de le faire, pour qui habite rue Meslay, tout ça  complique un peu la vie ! Quand il y a une manif, de ma fenêtre  je vois la place noire de monde et je dois renoncer à sortir par peur d’être blessé si les choses dégénèrent (ce qui arrive régulièrement ) 😦 . Et même en restant chez soi et avec des doubles vitrages, on entend bien les manifestants ! Mais le pire pour moi… c’est que ça se passe  toujours le samedi, le jour où je suis peinard, LE SEUL DE LA SEMAINE !!!

DRING DRING (téléphone)
Manifestant – Allo ?
CJ –  Pourriez-vous s’il vous plait, FAIRE VOS MANIFESTATIONS LE LUNDI OU LE MARDI ?
Manifestant – Ok…

CJ

et si nous étions fleurivores ?

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


Le Parisien, c’est notre seul journal « local ». Je vais faire moi, dans l’archi-local, et puisqu’aujourd’hui l’actualité nous parle de trucs très violents, très dark, très Tim Burton quoi, je vais vous parler de quelque chose de plus… coloré (même si ça n’a rien d’essentiel) : pourquoi pas bouffer des fleurs ?

Amandine et Blanche ont tout lâché pour créer Fleurivore. C’est une jeune entreprise et en plus elle est basée dans le 3ème, c’est à côté ! Bémol : le cornet de fleur de 35 à 75 euros, c’est supra cher !

Allez, l’article du Parisien on vous l’offre, c’est gratuit !

Fox


Cliquez sur l’image pour lire l’article.