La courageuse

« Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment ici. Arrêtez la guerre. »

Le 14 mars Marina Ovsiannikova, une femme journaliste, a brandi une pancarte pendant le journal télévisé le plus regardé de Russie sur Pervy Kanal. Elle y dénonçait la guerre en Ukraine et les mensonges du gouvernement russe relayés par la chaîne. Elle s’est fait arrêter immédiatement, elle a subi un interrogatoire de 14 heures (sans l’aide d’un avocat) et a du payer 30 000 roubles d’amende. Elle a été libérée mais risque encore 15 ans de prison.

Si ce geste est particulièrement courageux et remarquable, on apprend que beaucoup de démissions de journalistes l’ont suivi sur la chaine Pervy Kanal.

Depuis le 24 février, jour de l’offensive russe, les manifestations d’opposants à la guerre n’ont pas arrêté en Russie, même si le pouvoir se montre intraitable : on compte aujourd’hui plus de 15 000 arrestations.

Emmie et Yanis

Ukraine, l’entraide s’organise

En ce moment, des bénévoles s’organisent partout en France pour aider les Ukrainiens dans leur exode et leur combat face aux Ruses qui les attaquent.

Capture d’écran Huffpost 9/03/2022

Par exemple, hier j’ai vu au journal de 13h sur TF1 que quatre autocars sont partis de Metz, remplis de cartons de vêtements mixtes, d’alimentation et de médicaments au profit des réfugiés à la frontière polonaise. Sur place, il a été proposé aux gens de les ramener en France. Certains ont refusé car c’était trop loin et qu’ils n’y avaient pas de famille, mais 232 ont accepté la proposition et sont montés dans les autocars. 20 heures de route les attendaient.

Moi-même, avec mes parents, j’ai fait un don de solidarité : j’ai apporté des vêtements (surtout des vêtements d’enfant) dans une mairie parisienne. Nous avons été très bien accueillis (on nous a même proposé un café) et les personnes qui tenaient la permanence nous ont dit qu’elles étaient très touchées par notre geste.

Des villes et des particuliers se mobilisent en mettant des appartements à disposition des réfugiés. Ainsi, j’ai vu qu’une maman et sa fille ont pu trouver un studio à Lille.

A Paris, des collèges et lycées se préparent pour accueillir des élèves ukrainiens.

Loulou

Macron et Poutine sur le dossier Ukrainien

Emmanuel Macron est parti à Moscou le lundi 7 février rencontrer Vladimir Poutine pour parler des 10 000 soldats russes rassemblés depuis plusieurs mois à la frontière Ukrainienne.

En effet, l’Europe craint que la Russie n’ait décidé d’envahir l’Ukraine. C’est ce que craignent aussi les Etats-Unis. C’est ce que démentent les autorités russes.

Face à face Vladimir Poutine – Emmanuel Macron, le 7 février au Kremlin à Moscou / Capture d’écran du journal Libération du 7 février

Les discussions entre les Russes et les Américains n’ont pas amené d’avancées significatives. C’est ainsi qu’Emmanuel Macron, en tant que Président de la France et Président du Conseil de l’UE à son tour, lui aussi, a essayé de calmer la tension entre Kiev et Moscou.

Certains journaux font par ailleurs remarquer qu’Emmanuel Macron, en pleine campagne Présidentielle, essaye de renforcer sa stature internationale.

Yanis